05 aprile 2020 - 08:32     Stampa    Italiano English Francais

www.angelamerici.it

«« torna / back / précédent


Les figures de sainteté
Bienheureuse Catherine Cittadini (1801-1857) Fondatrice
Ursulines de Saint Gérôme de Somasque

Catherine Cittadini naît à Bergame le 28 septembre 1801. Sa vie peut être divisée en trois périodes:


Fotografia
 
Fotografia

 

1.Enfance et jeunesse (1801-1823).
Après la mort de ses parents Catherine est accueillie avec sa petite sœur Giuditta dans l’orphelinat du Couvent de Bergame et confiée à son directeur, l’abbé Giuseppe Brena, qui fut pour les deux sœurs un père affectueux même pour le choix d’une future vocation. Catherine se forme à une foi robuste, à une obéissance responsable, à une charité laborieuse. Elle cultive une tendre dévotion à la Vierge et à Saint Jérôme Emilien.
2. Institutrice dans une école de la mairie de Vercurago (1823-1845) et au Pensionnat (1845-1857).
Après avoir trouvé un accueil à Calolzio auprès de leurs cousins, l’abbé Gianni et l’abbé Antonio Cittadini, les sœurs sont aidées à acquérir une maison à Somasque. Pendant ces années, la Mairie de Vergurago cherchait une maitresse pour ouvrir une école primaire et Catherine fut engagée, en 1824, comme institutrice dans l’école féminine qui a son siège à Somasque. Après avoir réfléchi sur les besoins de la région, Catherine prend conscience qu’il faut commencer une école privée et un pensionnat (1837). La direction des deux institutions est confiée à sa sœur Giuditta laquelle meurt à l’improviste en 1840. Restée seule Catherine s’occupe du pensionnat et des jeunes filles orphelines de la Valle San Martino.
3. Fondation de l’Institut (1844-1857)
En réponse à l’appel du Seigneur, avec ses compagnes qui s’étaient unies à elle, Catherine établit une forme de Société dont elle est nommée Supérieure et Procuratrice générale à vie; c’est une sorte de reconnaissance de la part des sœurs envers son rôle de Fondatrice.
En 1853 Catherine rencontre l’évêque Monseigneur Pietro Luigi Speranza qui l’encourage à écrire les Règles de l’Institut. Celles-ci sont approuvées par l’évêque de Bergame le 17 septembre 1855. La Mère meurt le 5 mai 1856 et elle est ensevelie dans le cimetière de Vercurago. Le 14 décembre 1857 Monsigneur Speranza émet le Décret d’érection canonique de l’Institut.
Depuis le 5 mai 1986 les restes mortels de Catherine sont accueillis dans une tombe-sarcophage à l’intérieur de l’église de la “Casa madre” à Somasque. Le 29 avril 2001 elle est béatifiée par Jean Paul II.

16 gennaio 2013



Français


Translate this page